Oeuvres récentes

La couleur vécue

Documentation

La charrue, 1945

La charrue 1945
À 17 ans, Bellegarde illustre Le Serpent d’étoiles de Jean Giono. Il lui envoie ses dessins, Giono lui répondra de venir le voir.

Les approaches picturales1944–1952

 1952 éboulement - landslide Claude Bellegarde

Éboulement
1952, 64 x 54 cm
huile sur toile

Peu avant la libération, je vins à Paris pour suivre pendant un an les cours de dessin de l’Atelier Huguet préparant le professorat. Mais, psychologiquement perturbé, je m’adaptai mal au milieu ambiant.
Par l’intermédiaire d’un ami, Claude Dupont, je fis alors la connaissance d’une personnalité singulière qui transforma le cours de ma vie, Lanza del Vasto, écrivain, pèlerin yogi revenant des Indes où il avait été le disciple de Gandhi. Il venait de fonder une communauté spirituelle à Paris. Il me proposa d’y venir.
Durant près de trois ans, je suivis son enseignement fondé sur la discipline du yoga en m’initiant notamment à la sculpture avec Henri Martin, l’un de ses disciples. N’étant pas religieux, j’essaye de trouver un sens à ma vie… CLAUDE BELLEGARDE: JOURNAL

JULIEN ALVARD « BELLEGARDE » REVUE CIMAISE, 1952

Un tableau de Bellegarde est une crise. C’est un moment donné primaire, une sorte de décharge consécutive à une stase où le dynamisme se prend dans son propre mouvement jusqu’ à s’accumuler en amas compacts bruyants d’agitation. La couleur est saisie dans un coup de brosse ébouriffée. On pourrait parler ici d’automatisme si l’on pouvait encore donner un sens à ce mot. D’un automatisme en tout cas bien particulier, celui de la possession.

J’étais entré en peinture comme on entre en religion, pour une ascèse décapante, sans pour autant m’orienter vers la recherche d’un ordre moral. Sans doute un long séjour en sanatorium m’avait-il sensibilisé aux infimes manifestations du mouvement et des instants de la vie… CLAUDE BELLEGARDE: JOURNAL