Oeuvres récentes

La couleur vécue

Documentation

Agrandir imageagrandir image

Ismenius 2003 - Claude Bellegarde

Ismenius 2003
98 x 86 cm
encre sur fibre de verre plastifiée
Collection de l’artiste

Éphémère2003–2005

Ephémère, 2004 - Claude Bellegarde

Éphémère
2004, 100 x 100 cm
encre sur fibre de verre
Collection privée

Une réalité illusoire de la vie brève. À voir entre deux battements de cils, pour découvrir la lente métamorphose d’une chenille en chrysalide, de l’œuf à l’imago. À ce terme, l’insecte terrestre s’envolera, abandonnant son masque et son armure pour accomplir sa mutation. … CLAUDE BELLEGARDE: JOURNAL

Lydia Harambourg « Le voyage de la couleur » 2005 (extrait)

Dans la série Éphémère, la fluidité des couleurs renvoie à la fragilité des lépidoptères. Insouciant des formes réelles, Bellegarde recourt aux lignes et aux couleurs, dans l’unique but de déclencher des émotions qui trouveront en chacun de nous des correspondances sensorielles devant aboutir à un processus de rebonds et de fulgurances à l’assaut de la peinture.

La vibration au réel donne accès au monde, tel que Bellegarde le vit et le redécouvre lors de ses voyages. Il se projette dans ces espaces colorés qui prennent possession de la toile, qui se refuse à être un banal support illusionniste. Elle est bien davantage ce réceptacle au spectre de la lumière qui exalte la couleur.

Le mimétisme œil-soleil argumenté par Goethe dans son Traité des couleurs, trouve chez Bellegarde, à la suite d’Odilon Redon, un corollaire avec la couleur du regard. Que cherche son regard? Une jubilation qui s’inscrit dans la durée en passant par toutes les nuances du clair-obscur.

… Cette beauté insouciante en mouvement sera de courte durée, de fleur en fleur, du matin au crépuscule, dans toutes les gammes du chant de la terre, une saison tout au plus, d’élégance chatoyante et de légèreté en vol. Ayant achevé sa  réincarnation, il va s’éteindre. Les couleurs vont se ternir et disparaître dans le cycle de la nature. Auparavant, il aura procréé pour perpétuer le mythe… la psyché. CLAUDE BELLEGARDE: JOURNAL